Composants

Un système de ventilation doit assurer l’entrée, la circulation et la sortie de l’air dans le bâtiment. Pour cela, il est constitué de plusieurs éléments qui doivent être conçus, installés et entretenus correctement.

Les composants de base des systèmes mécaniques

Ventilateurs

Dans le cas des systèmes de Ventilation Mécanique Contrôlée (VMC), un ou plusieurs ventilateur(s) sont nécessaire(s) pour générer la dépression (système par extraction), la surpression (système par insufflation) ou les deux simultanément (système double flux).

Il existe plusieurs types de ventilateurs : axiaux, centrifuges ou tangentiels.

Les ventilateurs peuvent se situer aux extrémités, à l’extérieur (ex. ventilateur de toiture) ou à l’intérieur des locaux (ex. intégré dans une bouche). Ils peuvent également se situer en milieu de réseau (ex. caisson, ventilateur de conduit, etc.)

Pour éviter la propagation du feu, le recours à des ventilateurs résistant à une température de 400°C peut être nécessaire.

Conduits

Les conduits permettent de relier le ventilateur aux locaux du bâtiment et à l’extérieur.

Ces conduits peuvent être souples, rigides ou semi-rigides, de différentes formes (cylindriques, rectangulaires, oblong,…), de différentes sections, en différents matériaux.

Les différentes sections des conduits sont assemblées entre-elles grâce à des raccords (manchons, coudes) et peuvent intégrer des composants jouant un rôle dans la maintenance (trappes de visite, clapets d’isolement), dans la régulation (registres, clapets d’équilibrage), dans le traitement acoustique (pièges à son), dans la sécurité incendie (clapets coupe-feu), etc.

Bouches terminales

En terminaison des conduits, dans les locaux à desservir, on trouvera des bouches ou grilles terminales. Suivant les systèmes, il en existe plusieurs types :

  • Bouches d’extraction ou d’insufflation d’air,
  • Grilles intérieures pour les plus grandes sections.

La géométrie des bouches revêt un caractère esthétique mais leur conception joue aussi un rôle dans la circulation de l’air (diffuseur) ou dans la régulation (bouches auto-réglables, hygro-réglables, etc.).

Entrées d’air et prises d’air neuf

L’air neuf peut être admis à l’intérieur :

  • pour les systèmes par extraction, par des entrées d’air donnant directement sur l’extérieur. Elles peuvent se présenter : sous forme de réglettes posées sur les fenêtres ou sur les coffres de volets-roulants ; ou sous forme de grilles en traversée de murs. Ces équipements peuvent participer à la régulation en adaptant la section de passage de l’air en fonction de la pression (auto-réglables), de l’humidité (hygro-réglables) ou d’autres paramètres physiques. Suivant la localisation du bâtiment, leurs caractéristiques acoustiques peuvent aussi importer.
  • pour les systèmes par insufflation ou double-flux : par une prise d’air neuf raccordée à l’amont du ventilateur d’insufflation. Les prises d’air neuf seront généralement posées en toiture, à l’écart des rejets d’air viciés ou des sources de pollution de l’air extérieur.

La section des entrées et prise d’air neuf varie en fonction des débits à assurer.

Sorties d’air vicié

L’air vicié peut être rejeté à l’extérieur :

  • par une sortie d’air généralement posées en toiture, en aval du ventilateur d’extraction,
  • par des grilles de traversées de mur.

Pour les systèmes de ventilation « par pièces », des ventilateurs peuvent être situés directement sur les sorties d’air vicié.

Pour les systèmes naturels et hybrides, les sorties d’air peuvent être équipés de composants qui maximisent l’exploitation des forces naturelles (tirage thermique et/ou vent).

Les composants complémentaires

Tout ou partie des éléments complémentaires suivants pourront se trouver de manière isolée ou pourront être regroupés à l’intérieur d’une centrale de traitement d’air, notamment :

  • Des filtres pour protéger le groupe de ventilation et/ou pour limiter l’entrée de particules dans l’air admis à l’intérieur des locaux,
  • Des sondes pour réguler et optimiser le fonctionnement du système,
  • Des atténuateurs acoustiques ou pièges à son pour limiter le niveau sonore,
  • Un échangeur de chaleur (avec son by-pass et son évacuation de condensats), dans le cas de systèmes double-flux,
  • Des dispositifs de préchauffage de l'air ou anti-givre,
  • Un dispositif de réchauffage de l’air (géothermique, pompe à chaleur, solaire, effet-joule, etc.)
  • Un dispositif de rafraîchissement de l’air (géothermique, pompe à chaleur réversible, etc.),
  • Un dispositif d’humidification/déshumidification de l’air,
  • Des clapets coupe-feu pour la sécurité incendie.